Archive for the ‘contaminants’

Chine : saisie de bonbons contaminés

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Gestion de crise - Fraude

La police chinoise a saisi près de 12 tonnes de bonbons à base de yaourt contaminés à la mélamine, un contaminant chimique qui avait défrayé la chronique en 2008 pour avoir provoqué le décès de 6 enfants et l’intoxication de milliers d’autres en Chine.
Cette fois, les bonbons contaminés ont été saisis dans la province du Guangdong, dans le sud du pays. Le directeur de l’usine ayant produit les bonbons a été placé en détection. Une opération destinée à identifier l’ensemble des acteurs impliqués dans cette affaire a également été lancée dans 12 provinces du pays. Les autorités chinoises n’ont pas précisé si des produits contaminés avaient été mis sur le marché.

Source www.vigial.com – copyright vigial

Des résidus de pesticides dans les 2 tiers des pains vendu au Royaume-Uni

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants

Selon une nouvelle enquête de l’organisation Pesticide Action Network (PAN UK), 61,49% des pains vendus au Royaume-Uni contiennent des résidus de pesticides.
L’étude repose sur les données collectées par le ministère de l’Agriculture (DEFRA) entre 2000 et 2013. Le comité sur les résidus de pesticides (PRiF) du DEFRA a analysé au total 2.951 échantillons de pain, dont 42 échantillons de pain bio. 61,49% des échantillons conventionnels ont révélé la présence de résidus de pesticides, et 17,2% la présence de plus d’un résidu à la fois. Le glyphosate et le chlormequat sont les substances les plus fréquemment détectées. Selon le DEFRA, la présence de ces résidus ne représente cependant pas de danger pour la santé des consommateurs, compte tenu des concentrations mesurées situées largement en deçà des seuils règlementaires. À noter que des résidus de pesticides ont également été détectés dans 7% des pains bio testés.

Source www.vigial.com – copyright vigial

175 produits chimiques dangereux dans les emballages alimentaires

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Emballages

Selon une nouvelle étude de Food Packaging Forum, 175 substances chimiques ayant des propriétés dangereuses connues sont utilisées en toute légalité dans les matériaux en contact avec les aliments en Europe et aux États-Unis. Parmi les substances identifiées, certaines sont classées comme carcinogènes, mutagènes ou reprotoxiques, d’autres sont des perturbateurs endocriniens, ou encore persistantes et bioaccumulatives. 21 d’entre elles sont notamment reconnues comme substances extrêmement préoccupantes par l’Agence européenne des produits chimiques, en application du règlement REACH relatif à l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des produits chimiques. Ces travaux sont publiés dans la revue « Food Additives and Contaminants ».

Source www.vigial.com – copyright vigial

Avis du BfR sur la migration d’amines aromatiques primaires à partir de matériaux imprimés en contact avec les aliments

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Emballages

Certaines substances du groupe des amines aromatiques primaires, présentes notamment dans les pigments et les colorants, sont cancérigènes. Elles peuvent représenter un risque pour la santé en cas de présence dans des serviettes en papier ou des sachets imprimés ainsi que d’autres matériaux en contact des aliments, si elles migrent dans les denrées alimentaires. L’Institut fédéral allemand pour l’évaluation des risques (BfR) a réalisé une étude afin d’évaluer si les valeurs limites actuelles pour la migration de ces substances dans les denrées alimentaires fournissent une protection adéquate. Ses conclusions mettent en évidence la nécessité de réviser les limites de migration en vigueur pour les amines aromatiques primaires (non détectables au total avec une limite de détection de 0,01 mg/kg d’aliment). Le BfR considère également que le principe ALARA (« aussi bas que raisonnablement possible ») devrait s’appliquer pour ces substances. La migration dans les denrées alimentaires ne devrait pas être détectable avec une limite de détection de 0,002 mg/kg d’aliment. Enfin, les chercheurs allemands recommandent de n’utiliser dans les emballages en contact avec les aliments que des pigments de couleur ne contenant pas d’amines aromatiques cancérigènes.

Du nouveau sur la différence entre les aliments bio et conventionnels

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Signes officiels de qualité

Une nouvelle étude de l’université de Newcastle (Royaume-Uni) a révélé des différences significatives entre les aliments bio et conventionnels. Les travaux réalisés à partir de 343 études sur les différences de composition entre les cultures bio et conventionnelles montre que les produits bio contiennent jusqu’à 69% d’antioxydants clés en plus par rapport aux produits non bio. L’étude publiée dans la revue British Journal of Nutrition montre aussi des taux nettement moins élevés de métaux lourds (près de 50% de cadmium en moins dans les cultures bio).

Source www.vigial.com – copyright vigial

Forte hausse des intoxications aux champignons

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Gestion de crise - Fraude, microbiologie

Selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), 240 cas d’intoxications aux champignons ont été répertoriés en France entre le 1er juillet et le 17 août, contre 95 cas pour la même période de 2013. Quatre régions du sud sont particulièrement concernées par cette recrudescence : Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’InVS estime que cette augmentation s’explique essentiellement par le temps pluvieux qui a fait apparaître de manière précoce les champignons cette année.

Source www.vigial.com – copyright vigial

L’Efsa signe un nouvel infographe sur l’acrylamide

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, contaminants

En collaboration avec les États membres, l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a produit un nouvel infographe sur l’acrylamide pour contribuer à accroître les connaissances sur cette question de santé publique. Cet infographe vise à informer les consommateurs sur la façon dont se forme l’acrylamide et dans quels aliments, et propose des conseils de base proposés pour réduire l’exposition alimentaire à l’acrylamide.

Source www.vigial.com – copyright vigial

Recommandation de la Commission du 11 septembre 2014 modifiant l’annexe de la recommandation 2013/711/UE sur la réduction de la présence de dioxines, de furannes et de PCB dans les aliments pour animaux et les denrées alimentaires

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Règlementation - Normes

texte

La culture du riz par aspersion limite la présence d’arsenic

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, contaminants

Des chercheurs de l’université autonome de Madrid et de l’université d’Extremadure ont découvert que la culture du riz par aspersion et le semis direct offrent des avantages aussi bien environnementaux qu’alimentaires, comme la réduction de moitié de la présence d’arsenic par rapport aux méthodes de culture traditionnelles. D’un point de vue environnemental, la technique permet de réaliser d’importantes économies d’eau. En revanche, l’aspersion du riz augmente également la teneur en cadmium, qui reste néanmoins à des taux acceptables. Ces résultats sont publiés dans la revue « Science of the Total Environment ».

Source www.vigialcom – copyright vigial

L’ochratoxine A affecte la régénération neuronale

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, microbiologie

Des chercheurs espagnols ont démontré la capacité de l’ochratoxine A à affecter la régénération des neurones. Des tests in vitro et in vivo ont en effet confirmé sur des animaux de laboratoire l’impact négatif de cette mycotoxine sur le système neuronal, en inhibant la formation de nouveaux neurones (neurogenèse) dans la zone neurogénique principale du cerveau adulte : la zone subventriculaire. Les chercheurs ont également découvert que l’ochratoxine A est capable de s’accumuler dans le cerveau et de favoriser la mort cellulaire des niches neurogéniques. L’étude menée par la Faculté des sciences de la santé de l’université CEU Cardenal Herrera, en collaboration avec l’université de Valence, est publié dans la revue Journal of Appliedo Toxicology.

source : vigial – copyright vigial