Archive for the ‘microbiologie’

Norvège : des défauts dans la filière volailles

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Gestion de crise - Fraude, microbiologie

L’Association européenne de libre-échange (AELE) a signalé des défauts mineurs dans le système de contrôle des viandes de volaille mis en œuvre par la Norvège. Néanmoins, les produits de volaille norvégiens sont généralement conformes à la législation de l’Espace économique européen (EEE) en matière de sécurité alimentaire.

Des moisissures présentes dans les yaourts plus dangereuses que prévu

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Gestion de crise - Fraude, microbiologie

L’an dernier, plus de 300 consommateurs américains avaient manifesté des signes d’intoxication après avoir mangé des yaourts grecs de marque Chobani. Les yaourts, produits dans une usine de l’Idaho, avaient été immédiatement retirés du marché. La société Chobani avait cependant jugé peu probable que les moisissures retrouvées dans ses pots puissent avoir des effets néfastes pour la santé.

Un enrobage naturel pour prolonger la vie utile des fruits frais

23 juin 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, microbiologie, R&D

Des chercheurs de l’université de l’Oregon (États-Unis) ont découvert un matériau présent dans les feuilles de myrtille pouvant être utilisé pour enrober les fruits, et prolonger ainsi leur durée de vie en retardant leur processus de dégradation. Ce matériau comestible et 100% naturel pourrait aussi permettre de renforcer le potentiel antioxydant des myrtilles tout en les protégeant contre les agents pathogènes.

C’est quoi l’antibiorésistance?

31 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): microbiologie

C’est quoi l’antibiorésistance?

Les antibiotiques sont des médicaments capables d’entraîner la destruction de bactéries, ou l’arrêt de leur multiplication, qui sont à l’origine des maladies humaines et animales. Ils n’ont en revanche aucune action contre les virus.

L’antibiorésistance : une défense naturelle des bactéries face aux antibiotiques

L’apparition de l’antibiorésistance est un phénomène naturel de défense des bactéries vis-à-vis de l’action exercée par l’antibiotique qui est là pour détruire ou arrêter leur multiplication Certaines bactéries auparavant sensibles à l’antibiotique ne sont plus détruites ou leur multiplication n’est plus arrêtée.

C’est la bactérie qui devient résistante et non pas l’Homme ou l’animal.

Le développement de la résistance aux antibiotiques est devenu une préoccupation majeure en termes de santé humaine et animale.

Les risques pour la santé et pour l’Homme en cas d’antibiorésistance

L’apparition de résistance à un antibiotique a pour conséquence d’affaiblir l’efficacité de l’antibiotique dans le traitement des infections dues à la bactérie résistante chez l’animal ou l’Homme.

Les mécanismes de résistance peuvent aussi se propager dans l’environnement ou par l’alimentation, à d’autres bactéries qui développeront à leur tour, de nouvelles résistances à des antibiotiques de la même famille ou d’autres familles.

Ces phénomènes apparaissent plus ou moins rapidement selon les antibiotiques et les bactéries concernées et selon le volume d’antibiotique utilisé.

A terme, les conséquences sont le manque de moyens efficaces pour traiter certaines infections animales et humaines, surtout en l’absence de développement de nouveaux antibiotiques.

En savoir plus sur le plan EcoAntibio

Reportage : Dans le Finistère, un élevage de lapins réalise le « zéro » antibiotique

Retrouvez toutes les actions en faveur de l’agro-écologie sur l’espace « Produisons autrement »

Laboratoires agréés et reconnus – méthodes officielles en alimentation

09 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): microbiologie

Le réseau des laboratoires

Les laboratoires nationaux de référence , spécialisés dans un ou plusieurs domaines de compétences, assurent la mise au point et la diffusion de méthodes, la formation technique des laboratoires de terrain, l’organisation d’essais inter-laboratoires, la diffusion de réactifs certifiés, la confirmation de résultats, etc

- Les laboratoires agréés réalisent les analyses officielles en santé animale, en hygiène des aliments et en santé des végétaux. Il s’agit, à titre principal, des laboratoires vétérinaires départementaux (LVD)..

- Les laboratoires reconnus réalisent les analyses d’autocontrôles, essentiellement en santé animale et en hygiène des aliments.

Listes de laboratoires

Méthodes officielles et reconnues

- Les analyses officielles sont réalisées par les laboratoires agréés conformément aux méthodes officielles publiées au Bulletin officiel du ministère chargé de l’agriculture. Toutefois, le ministre chargé de l’agriculture peut autoriser un laboratoire agréé à utiliser d’autres méthodes sous réserve que la preuve soit apportée de leur équivalence avec les méthodes officielles.

Lorsqu’une nouvelle méthode officielle est publiée pour un type d’analyse donné, les laboratoires agréés pour ce type d’analyse disposent d’un délai de dix-huit mois à dater de la publication pour obtenir l’accréditation relative à cette nouvelle méthode officielle.

- Les analyses d’autocontrôles sont réalisées par les laboratoires reconnus conformément aux méthodes reconnues publiées au Bulletin officiel du ministère chargé de l’agriculture

Tags:

Rapport de l’Efsa sur les taux de Listeria dans certains aliments prêts à consommer

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): microbiologie

La première partie de l’analyse réalisée par l’EFSA sur une étude de référence relative à Listeria monocytogenes menée à l’échelle européenne fournit de précieuses informations sur la présence de cette bactérie dans certaines denrées alimentaires prêtes à être consommées (poissons, viandes froides et fromages à pâte molle). La proportion d’échantillons d’aliments dépassant la limite réglementaire en matière de sécurité des aliments s’est révélée faible. Cependant, étant donné la popularité de ces aliments et les implications graves que les infections par Listeria (listériose) peuvent avoir sur la santé humaine, une vigilance générale en ce qui concerne la présence possible de la bactérie dans les aliments est de rigueur.
Le rapport de l’EFSA montre que la bactérie Listeria monocytogenes était présente dans les échantillons collectés dans des supermarchés et des magasins à raison de 10,3% pour le poisson, 2,1% pour la viande et 0,5% pour le fromage. Cependant, la limite pour la sécurité des aliments dans l’UE (100 bactéries par gramme) n’était dépassée que dans 1,7% des échantillons de poisson, 0,4% des échantillons de viande et 0,06% des échantillons de fromage.
Les experts de l’EFSA recommandent de respecter de bonnes pratiques d’hygiène tout au long de la chaîne de production, de distribution et d’entreposage des aliments. À la maison, il est conseillé aux consommateurs de maintenir leurs réfrigérateurs à une température basse, afin de limiter la croissance potentielle de Listeria, au cas où elle serait présente dans des denrées alimentaires prêtes à consommer.
Dans la seconde partie de l’étude, dont la finalisation est prévue l’année prochaine, l’EFSA se penchera sur les facteurs de risque de présence de Listeria monocytogenes dans les catégories d’aliments concernés, ainsi que sur les facteurs favorisant son développement dans le poisson.

Lien vers le rapport complet (en anglais)

États-Unis : des grenades dans la ligne de mire de la FDA

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, Gestion de crise - Fraude, microbiologie

L’Administration américaine des aliments et des médicaments (FDA) pointe des graines de grenades importées de Turquie par la société Goknur Gida Maddeleri Ithalat Ihracat Tic comme étant la source la plus probable de l’épidémie d’hépatite A ayant déjà touché plus de 120 personnes aux États-Unis. Les autorités sanitaires américaines ont décidé de bloquer aux frontières toutes les marchandises importées par Goknur.

Évaluation de Listeria dans les ovoproduits en France

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

Des chercheurs de l’Anses ont déterminé le statut sanitaire des ovoproduits et des casseries d’œufs en France au regard de la contamination par Listeria spp. et L. monocytogenes. Un plan d’échantillonnage réalisé dans cinq casseries d’œufs de l’Ouest de la France pendant un an a révélé que 8,5% des ovoproduits crus sont contaminés par Listeria monocytogenes. En revanche, aucun ovoproduit pasteurisé ne s’est révélé être contaminé. Toutefois, un niveau élevé de contamination par Listeria spp., et en particulier par L. innocua, a été observé dans respectivement 26,2% et 1,8% des ovoproduits crus et des ovoproduits pasteurisés. Ce travail a également révélé la présence de Listeria spp. et de L. monocytogenes dans l’environnement des casseries d’œufs avec respectivement, 65,1% et 8,0% des échantillons contaminés. Enfin, le typage de 253 isolats de L. monocytogenes a révélé une grande diversité avec 46 pulsotypes différents. Ces travaux sont publiés dans la revue « International Journal of Food Microbiology ».

source Vigial copyright vigial

Italie : 352 cas d’hépatite A liés à des fruits surgelés

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Gestion de crise - Fraude, microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

L’Italie a enregistré 352 cas d’infection par l’hépatite A entre le début de l’année et le 31 mai, soit une hausse de 70% des cas signalés par rapport à l’an dernier. Une enquête épidémiologique menée dans les provinces de Trente et de Bolzano pointe des mélanges de fruits des bois surgelés (myrtille, cassis, framboise, groseille) comme vecteur potentiel de l’infection, un résultat appuyé par la détection du virus de l’hépatite A dans des échantillons collectés en Vénétie.
À noter que le génotype et les séquences du virus isolé sont différents de ceux des virus impliqués dans les épidémies récemment signalées aux États-Unis et dans les pays nordiques. En revanche, 7 séquences de virus de génotype 1A isolés aux Pays-Bas, en Allemane et en Italie ont révélé 100% de similitudes.

Royaume-Uni : 51 personnes affectées par une épidémie de salmonellose

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Gestion de crise - Fraude, microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

Les autorités sanitaires britanniques enquêtent actuellement sur une épidémie de Salmonella typhimurium qui a d’ores et touché 51 personnes en Angleterre et au Pays de Galles depuis le mois dernier. Les infections pourraient être liées à du jambon cuit fourni à des boucheries de proximité. Pour le moment, les fournisseurs des produits suspects n’ont pas été identifiés. Selon le service de santé publique du Pays de Galles (PHW), la souche de S. typhimurium impliquée n’avait encore jamais été signalée au Royaume-Uni.

source : Vigial copyright Vigial