Archive for mars, 2011

VPF : signe de l’identification de l’origine France !

30 mars 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Economie - Entreprises - Distribution, Signes officiels de qualité

Adresser un message clair, simple et lisible aux consommateurs en faisant du logo VPF l’identifiant de l’origine française pour la viande porcine, comme pour les produits de charcuterie, voilà l’objectif affiché par le SNIV-SNCP depuis plusieurs semaines. La section porcine du SNIVSNCP réunie ce 16 mars à Rennes a donc demandé au président de l’association VPF et aux familles membres d’Inaporc, de s’accorder pour que dès le 22 mars 2011, date de la prochaine assemblée générale de VPF, le logo VPF s’applique au critère : « porcs nés, élevés, abattus, découpés, désossés en France ». Cela permettra à la quasi-totalité de la production porcine française de pouvoir bénéficier du logo VPF.

Une organisation espagnole dénonce la présence de pesticide dans les produits importés

30 mars 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, Gestion de crise - Fraude, SMSA - Sécurité Alimentaire

Le système européen d’alerte rapide pour l’alimentation humaine et animale (RASFF) a publié depuis début mars six alertes sanitaires concernant des fruits et légumes originaires de pays tiers. Le 2 mars, des traces de malathion (0,073 ppm) ont été découvertes dans des mandarines marocaines. Le 7 mars, de la procymidone a été mise en évidence dans des concombres (0,051 ppm) et des poivrons (0,071 ppm) originaires de Jordanie, puis du méthomyl les 9, 11 et 14 mars dans des poivrons turcs (0,054 à 0,25 ppm).

Près de 70 entreprises agroalimentaires retenues pour l’expérimentation

30 mars 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Développement Durable, Economie - Entreprises - Distribution, Environnement

L’agroalimentaire représente près de la moitié des 168 entreprises sélectionnées par le Ministère de l’Écologie pour expérimenter l’affichage environnemental à compter du 1er juillet 2011. L’objectif est d’informer le consommateur de l’impact écologique de ses achats.

Tableau nutritionnel : un guide pour se préparer

30 mars 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, Nutrition

Un règlement européen devrait rendre obligatoire l’étiquetage nutritionnel. Pour les industriels souhaitant anticiper, l’Association bretonne des entreprises agroalimentaires (ABEA) publie un guide méthodologique.

Nathalie Guerson : « Il n’y a pas de sécurité sans contrôle »

30 mars 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Economie - Entreprises - Distribution, Règlementation - Normes

Avec la réforme de l’administration territoriale, les services vétérinaires et les services de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes sont désormais réunis dans des directions départementales de la protection des populations (DDPP). Vétérinaire de formation, Nathalie Guerson a été nommée en janvier 2010 à la tête d’une de ces directions, dans la Drôme. Récit d’un changement dans la continuité.


Vous avez pris la tête, en janvier dernier, d’une nouvelle DDPP. Comment se passe la fusion de ces administrations sur le terrain ?

Elle se passe bien. À vrai dire, les services vétérinaires et les services de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes travaillaient déjà ensemble auparavant. Bien sûr, cette nouvelle organisation demande davantage de concertation entre les ministères concernés. Avec une seule structure, la coordination des missions est en revanche facilitée, même si les anciennes entités ont des cultures différentes et utilisent encore souvent des bases de données différentes. La DDPP de la Drôme compte également quatre agents de la préfecture qui travaillent sur les questions environnementales. Toutes ces compétences permettent de traiter l’ensemble des problématiques départementales en lien avec la protection des populations, à l’exception des sujets qui relèvent spécifiquement du ministère de la santé. Sur le plan logistique, les différentes composantes de notre direction sont désormais rassemblées sur un même site, au centre de Valence, depuis octobre 2010.

Poursuivez-vous les missions hier confiées aux services vétérinaires, notamment sur le volet “sécurité sanitaire des aliments” ?

Bien sûr. La sécurité sanitaire occupe une place centrale dans ma mission de protection des populations. Nous contrôlons la chaîne alimentaire du producteur jusqu’à la vente au consommateur. Nous avons des objectifs à atteindre en termes de contrôles, qui nous sont fixés entre autre par la direction générale de l’alimentation (DGAL). Et puis nous avons tout un département à couvrir. Sur l’amont de la filière, il y a dans la Drôme 150 élevages de volailles de ponte à contrôler chaque année, mais aussi 350 élevages de volailles de chair, 80 élevages de porcs, 500 de bovins, 1 200 d’ovins et caprins qui sont contrôlés plus épisodiquement, en fonction du risque. En 2009-2010, à titre d’exemple, il a fallu coordonner 216 000 injections de vaccins contre la fièvre catarrhale ovine (FCO). Mais il y aussi les abattoirs (la présence d’inspecteurs vétérinaires dans les abattoirs de bovins est constante), plus de 350 industries agroalimentaires, les entreprises de la distribution, les restaurants, etc. En tout, nous avons réalisé, en 2009, quelques 450 contrôles sur l’aval de la filière alimentaire et environ autant de prélèvements sur des produits finis, essentiellement d’origine animale.

Concrètement, que faites-vous si une intoxication alimentaire se produit, malgré toutes ces précautions ?

Nous menons l’enquête, pour trouver la source de la contamination. C’est un peu comme dans la série américaine NCIS ! (rires) Il faut interroger les personnes malades, mais aussi faire des prélèvements, des analyses, et remonter le cas échéant au transformateur, ou au producteur. Cela nous amène aussi à contrôler les repas témoins, que toute restauration collective doit obligatoirement conserver. S’il y a une suspicion de contamination par le personnel –problèmes d’hygiène par exemple– nous en alertons aussi l’agence régionale de santé (ARS). Heureusement, il est rare que de telles intoxications se produisent mais nous sommes entièrement mobilisés quand cela arrive. Nous avons un système d’astreinte pour être prêt à tout moment.

Avec l’augmentation de votre périmètre d’action et les attentes sociétales toujours plus importantes, une direction comme celle que vous animez pourra-t-elle toujours à l’avenir assurer aux consommateurs une sécurité optimale de l’alimentation ?

C’est essentiel. La sécurité doit se baser sur la réalité des contrôles. Jusqu’ici, nous avons pu assurer toutes ces missions de front, mais comme beaucoup de services de l’État, de nouvelles missions nous sont régulièrement confiées. Je pense notamment aux questions d’offre alimentaire, l’équilibre des repas, la lutte contre l’obésité, qui sont des questions sur lesquelles le ministère en charge de l’alimentation se positionne fortement, et il faudra former les agents et adapter les effectifs avec ces priorités.

DLC pour les sandwiches vendus en restauration.

30 mars 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): HACCP, SMSA - Sécurité Alimentaire

ConsommationBoulangerie - Pâtisserie

Suite aux récents décès de deux adolescents par intoxication alimentaire, le Syndicat national de la restauration rapide (Snarr) presse l’Agence de sécurité sanitaire des aliments (Anses) et la Direction générale de l’alimentation (DGAL) afin de finaliser l’étude de détermination de durée de vie des sandwiches, demandée par le syndicat depuis 2009.

Des emballages « positifs et responsables ».

30 mars 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Développement Durable, Economie - Entreprises - Distribution, Emballages

Usine - ProcessAdditifs - IngrédientsBoulangerie - PâtisserieCharcuterie - SalaisonDistributionFruits - LégumesPlats cuisinésProduits de la merProduits laitiersSucré - ConfiserieViandes - Volailles

Equali, la nouvelle marque de Sodipa, spécialiste des emballages personnalisés en papier et en carton, se veut écologique et économique. La gamme, apte au contact alimentaire grâce à des paraffines, repose sur l’utilisation de fibres papetières issues du recyclage. Des encres à eaux sont utilisées pour l’impression par flexographie

Tags:

États-Unis : nouveaux critères microbiologiques pour le poulet et la dinde

30 mars 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): HACCP, microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

Le Service d’inspection et de la sécurité alimentaire (FSIS) du Département américain de l’Agriculture a introduit de nouvelles normes de qualité microbiologique destinées à réduire la prévalence de Salmonella et Campylobacter chez les poulets et les dindes. Ces nouveaux critères entreront en vigueur le 1er juillet 2011. Grâce à ce renforcement de la réglementation, le FSIS estime que près de 5.000 intoxications à Campylobacter et 20.000 intoxications à Salmonella seront évitées chaque année d’ici deux ans.

LE CTIFL – nouvelle édition du « guide fruits et légumes en RHD »

30 mars 2011 Auteur: spierre Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, SMQ - Management de la qualité

Le 16 mars 2011, la nouvelle édition du « Guide fruits et légumes en Restauration Hors Domicile » sera disponible.
Paru en 2004, la première édition a connu un vif succès – plus de 5 300 exemplaires distribués en quelques semaines – devenant rapidement un ouvrage de référence, un outil indispensable aux professionnels de la RHD.
Six ans plus tard, sa réactualisation est apparue nécessaire du fait de l’évolution de la réglementation, des variétés et des pratiques

pour en savoir plus

Neogen Europe lance un nouveau kit pour la détection du gluten

30 mars 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, SMSA - Sécurité Alimentaire

Neogen Europe a développé une nouvelle version de son kit rapide pour l’analyse des gliadines (gluten) pour mieux répondre aux besoins des industries agroalimentaires.   Le kit Neogen Veratox pour Gliadine R5 est conforme aux recommandations du Codex Alimentarius. Cet anticorps est l’élément principal du kit car il capture les protéines de gliadine présentes dans […]