Alerte à l’huile frelatée à Hong Kong

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Gestion de crise - Fraude

Les autorités sanitaires hongkongaises effectuent actuellement des prélèvements dans les rayons des supermarchés et les restaurants pour déterminer l’éventuelle présence d’huile frelatée provenant d’une usine de Taïwan au cœur d’un scandale alimentaire.
Selon les autorités taïwanaises, une usine locale aurait illégalement mélangé de l’huile recyclée à de l’huile de saindoux, qu’elle aurait ensuite revendu à la société Chang Guann Co, leader de la production d’huiles alimentaires à Taiwan. Le propriétaire de l’usine a été arrêté et placé en détention provisoire dans le cadre de cette affaire au cours du weekend. Au total 243 tonnes d’huiles usagées a été revendue à au moins 900 restaurants et boulangeries de Taïwan. Les autorités hongkongaises tentent désormais de déterminer si des produits à base d’huile frelatée se sont retrouvés dans les rayons des magasins.

Source www.vigial.com – copyright vigial

Huile frelatée : arrestation à Taïwan

28 septembre 2014 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, Gestion de crise - Fraude

Yeh Wen-hsiang, président de la société taïwanaise Chang Guann Co, a été placé en détention samedi pour soupçon de fraude dans le cadre de l’enquête sur la vente d’huile frelatée, un scandale sanitaire ayant déclenché une vague de rappels de produits alimentaires potentiellement contaminés (voir l’article Alerte à l’huile frelatée à Hong Kong).
Selon les enquêteurs, la société Chang Guann Co a acheté entre février et août 243 tonnes d’huiles usagées, provenant de friteuses et de collecteurs de graisse, à une usine opérant sans licence. Les huiles usagées ont ensuite été mélangées à du Saindoux et revendues à un millier de restaurants, boulangeries et fabriques alimentaires de Taïwan. Au total 782 tonnes de ce mélange frelaté ont été produites.

Source www.vigial.com – copyright vigial

Europe : renforcement des règles communautaires sur l’étiquetage de l’huile d’olive

09 décembre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, Economie - Entreprises - Distribution

Les États membres de l’Union européenne ont approuvé une révision de la réglementation communautaire sur l’étiquetage de l’huile d’olive, afin de renforcer la lutte contre les fraudes et les tromperies envers le consommateur.

Enquête de la DGCCRF sur la qualité des huiles vierges

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, Gestion de crise - Fraude

La DGCCRF a enquêté sur les huiles vierges (hors huiles d’olive et d’argan) afin d’en vérifier la qualité et l’absence de falsification par coupage avec des huiles raffinées ou d’autres origines végétales.
Les analyses effectuées sur 61 échantillons prélevés dans 69 établissements ont révélé des tromperies visant à valoriser les huiles de façon abusive, par :
– l’emploi d’allégations nutritionnelles de santé, voire thérapeutiques, non autorisées ;
– des adultérations d’huiles à forte valeur économique (noix, noisette, lin) avec des huiles de moindre valeur, souvent raffinées (colza, tournesol) ;
– l’emploi de termes uniquement définis pour les huiles d’olive, comme « vierge extra ».

source vigial – copyright vigial

L’Efsa pointe un risque associé aux matières grasses végétales

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, contaminants, SMSA - Sécurité Alimentaire

Un composé potentiellement carcinogène formé dans les margarines, le pain et les huiles végétales au moment de la cuisson pourrait représenter des risques accrus pour les très jeunes enfants et les personnes âgées, selon un nouvel avis de l’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa).
Actuellement, une dose journalière tolérable de 2 µg/kg de poids corporel est fixée pour le 3-MCPD (3-Monochloropropane-1,2-diol). Dans un nouveau rapport, l’Efsa met en évidence une exposition potentiellement supérieure à la DJT pour certaines catégories de population, comme les nourrissons et les personnes âgées.
Des études sur des animaux suggèrent une association entre le 3-MCPD et la survenue de troubles rénaux.

source Vigial – copyright Vigial

 

Etats-Unis : une méthode pour réduire de 60% les matières grasses dans les chips de patate douce

07 juin 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Nouvelles technologies - process, Nutrition

Des chercheurs américains ont mis au point une méthode permettant de réduire jusqu’à 60% la quantité d’huile utilisée dans les chips de patate douce. La méthode repose sur un système de récupération de l’huile basé sur la centrifugation, combiné à la technique de friture sous vide.

Des huiles minérales dans les calendriers de l’avent ?

18 janvier 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Gestion de crise - Fraude

Une étude réalisée en Allemagne par la fondation Stiftung Warentest a révélé la présence de différents hydrocarbures (huiles minérales) dans les chocolats de différentes marques de calendriers de l’avent. Une dose maximale de 7 mg/kg d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) a notamment été mise en évidence.
Suite à ces résultats, l’Institut fédéral d’évaluation des risques (BfR) a entrepris une évaluation préliminaire des risques sanitaires potentiellement associés à la présence de ces substances dans les chocolats de l’avent. Les conclusions des experts indiquent que la présence d’huiles minérales (hydrocarbures aromatiques et non-aromatiques) dans ce type de produits est sans surprise du fait de l’utilisation d’emballages en carton recyclé. Toutefois, compte tenu des doses d’hydrocarbures détectées dans les chocolats testés et du volume consommé, le BfR estime que ces produits contribuent peu à l’exposition des consommateurs aux huiles minérales vie l’alimentation en général.

Système U condamné à retirer ses publicités contre l’huile de palme

18 janvier 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Economie - Entreprises - Distribution, Marketing

Dans une décision du 4 décembre, le tribunal de commerce de Paris a condamné le groupe Système U à arrêter la diffusion de sa campagne publicitaire contre l’huile de palme, considérant que cette campagne constitue « un dénigrement caractérisé au préjudice du produit huile de palme ».
Une plainte avait été déposée en juillet dernier par l’Association Interprofessionnelle de la filière Palmier à Huile de Côte d’Ivoire (Aiph), au motif que la campagne de Système U portait atteinte à la filière des planteurs et des producteurs de Côte d’Ivoire.
La campagne en question portait notamment sur les avantages des frites fabriquées avec de l’huile de tournesol pour lutter contre les méfaits de l’huile de palme. Système U a fait savoir que l’ensemble des publicités concernées seront retirées « dans les meilleurs délais », même si « cette campagne avait déjà cessé d’être diffusée depuis plusieurs mois ». « Le tribunal nous a retoqués sur la forme insuffisamment précise de la publicité, et non sur le fond du message », a indiqué un porte-parole de l’enseigne. « Nous n’avons pas été suffisamment clairs dans le contenu de cette publicité, qui émettait des critiques sur la culture intensive de l’huile de palme, et non sur l’ensemble de ses modes de production ».

source vigial copyright vigial

Transport par mer de graisses et d’huiles alimentaires – l’EFSA termine les évaluations relatives aux cargaisons antérieures

18 janvier 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Traçabilité logistique

Le commerce mondial de graisses et d’huiles alimentaires en vrac nécessite leur transport par route, par rail, par voies navigables intérieures et par mer. Dans l’Union européenne, le transport par mer de graisses et d’huiles alimentaires dans l’Europe est autorisé dans des conteneurs ayant déjà été utilisés pour transporter des substances figurant sur une liste approuvée par l’UE de cargaisons antérieures acceptables. La présence de ces substances pouvant conduire à la contamination d’aliments, elles doivent être évaluées au regard des problèmes potentiels de sécurité qu’elles suscitent. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a terminé l’évaluation de 64 de ces substances ou groupes de substances et a qualifié la majorité d’entre elles d’«acceptables» en tant que cargaisons antérieures et, dans certains cas, elle a précisé dans quels cas des conditions d’utilisation doivent s’appliquer (par exemple, comme le prévoit la législation de l’Union européenne) avant que des graisses et huiles alimentaires puissent être transportées dans les mêmes conteneurs.

Les substances figurant sur la liste de l’Union ont des utilisations variées dans le domaine de l’industrie ou de l’agriculture. Parmi celles-ci figurent des ingrédients alimentaires tels que l’eau potable, les acides gras et les mélasses, des éléments constituants d’aliments (par exemple, le calcium, d’autres types de graisses et d’huiles), et des substances réglementées telles que des additifs alimentaires ou des substances aromatisantes. D’autres exemples de ces substances sont des solvants d’extraction, des fertilisants ou des substances utilisées dans des processus chimiques.

Les experts scientifiques de l’EFSA sont parvenus à la conclusion qu’un certain nombre de substances ne remplissaient pas les critères de sécurité: le lignosulfonate de calcium n’est plus considéré comme acceptable en raison de variations dans sa composition et du manque d’informations disponibles sur les impuretés qu’il contient et sur sa réaction éventuelle avec les graisses et les huiles. En ce qui concerne les lies de vin et la cire de lignite, les experts disposaient de trop peu d’informations sur leur composition pour conclure qu’elles ne constitueraient pas une préoccupation pour la santé lorsqu’elles sont utilisées dans des cargaisons antérieures. La cire de carnauba et le dioxyde de silicium suscitent également des préoccupations pour la sécurité en raison de leur insolubilité dans l’eau et de leur point de fusion élevé, qui peuvent nuire à l’efficacité du nettoyage des conteneurs.

En 2010, à la suite d’une demande de la Commission européenne, le groupe scientifique sur les contaminants de la chaîne alimentaire (groupe CONTAM) de l’EFSA a commencé à évaluer les substances figurant sur la liste de l’UE des cargaisons précédentes autorisées pour les graisses et huiles alimentaires, en utilisant de nouveaux critères scientifiques convenus à l’échelle internationale. Ces critères ont été établis par l’ancien comité scientifique de l’alimentation humaine (SCF) et révisés par le groupe CONTAM en 2009, à la lumière des critères fixés par la Commission du Codex Alimentarius sur les huiles et les graisses. Les critères exigent aujourd’hui d’évaluer toutes les impuretés qui pourraient être présentes lors de l’évaluation du risque possible posé par ces substances dans la chaîne alimentaire. La publication aujourd’hui du troisième et dernier avis de la série marque l’achèvement de cette tâche d’évaluation.

Italie : une loi sur la traçabilité de l’huile d’olive vierge extra

18 janvier 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): étiquetage, Règlementation - Normes

Le Parlement italien a approuvé une loi sur la traçabilité de l’huile d’olive vierge extra, qui rendra obligatoire la mention de l’origine des huiles sur les étiquetages. Le texte prévoit également diverses dispositions relatives à la taille et aux caractères utilisés sur les étiquettes, leur visibilité et leur lisibilité, ainsi que des dispositions encadrant l’utilisation d’illustrations et les pratiques commerciales pouvant provoquer la confusion des consommateurs. Un délai de 18 mois à partir de la date de mise en bouteille a par ailleurs été fixé afin de garantir la conservation optimale et le maintien des propriétés spécifiques des produits

Source Vigial copyright vigial