Blog Archives

Rapport de l’Efsa sur les taux de Listeria dans certains aliments prêts à consommer

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): microbiologie

La première partie de l’analyse réalisée par l’EFSA sur une étude de référence relative à Listeria monocytogenes menée à l’échelle européenne fournit de précieuses informations sur la présence de cette bactérie dans certaines denrées alimentaires prêtes à être consommées (poissons, viandes froides et fromages à pâte molle). La proportion d’échantillons d’aliments dépassant la limite réglementaire en matière de sécurité des aliments s’est révélée faible. Cependant, étant donné la popularité de ces aliments et les implications graves que les infections par Listeria (listériose) peuvent avoir sur la santé humaine, une vigilance générale en ce qui concerne la présence possible de la bactérie dans les aliments est de rigueur.
Le rapport de l’EFSA montre que la bactérie Listeria monocytogenes était présente dans les échantillons collectés dans des supermarchés et des magasins à raison de 10,3% pour le poisson, 2,1% pour la viande et 0,5% pour le fromage. Cependant, la limite pour la sécurité des aliments dans l’UE (100 bactéries par gramme) n’était dépassée que dans 1,7% des échantillons de poisson, 0,4% des échantillons de viande et 0,06% des échantillons de fromage.
Les experts de l’EFSA recommandent de respecter de bonnes pratiques d’hygiène tout au long de la chaîne de production, de distribution et d’entreposage des aliments. À la maison, il est conseillé aux consommateurs de maintenir leurs réfrigérateurs à une température basse, afin de limiter la croissance potentielle de Listeria, au cas où elle serait présente dans des denrées alimentaires prêtes à consommer.
Dans la seconde partie de l’étude, dont la finalisation est prévue l’année prochaine, l’EFSA se penchera sur les facteurs de risque de présence de Listeria monocytogenes dans les catégories d’aliments concernés, ainsi que sur les facteurs favorisant son développement dans le poisson.

Lien vers le rapport complet (en anglais)

Évaluation de Listeria dans les ovoproduits en France

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

Des chercheurs de l’Anses ont déterminé le statut sanitaire des ovoproduits et des casseries d’œufs en France au regard de la contamination par Listeria spp. et L. monocytogenes. Un plan d’échantillonnage réalisé dans cinq casseries d’œufs de l’Ouest de la France pendant un an a révélé que 8,5% des ovoproduits crus sont contaminés par Listeria monocytogenes. En revanche, aucun ovoproduit pasteurisé ne s’est révélé être contaminé. Toutefois, un niveau élevé de contamination par Listeria spp., et en particulier par L. innocua, a été observé dans respectivement 26,2% et 1,8% des ovoproduits crus et des ovoproduits pasteurisés. Ce travail a également révélé la présence de Listeria spp. et de L. monocytogenes dans l’environnement des casseries d’œufs avec respectivement, 65,1% et 8,0% des échantillons contaminés. Enfin, le typage de 253 isolats de L. monocytogenes a révélé une grande diversité avec 46 pulsotypes différents. Ces travaux sont publiés dans la revue « International Journal of Food Microbiology ».

source Vigial copyright vigial

Italie : 352 cas d’hépatite A liés à des fruits surgelés

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Gestion de crise - Fraude, microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

L’Italie a enregistré 352 cas d’infection par l’hépatite A entre le début de l’année et le 31 mai, soit une hausse de 70% des cas signalés par rapport à l’an dernier. Une enquête épidémiologique menée dans les provinces de Trente et de Bolzano pointe des mélanges de fruits des bois surgelés (myrtille, cassis, framboise, groseille) comme vecteur potentiel de l’infection, un résultat appuyé par la détection du virus de l’hépatite A dans des échantillons collectés en Vénétie.
À noter que le génotype et les séquences du virus isolé sont différents de ceux des virus impliqués dans les épidémies récemment signalées aux États-Unis et dans les pays nordiques. En revanche, 7 séquences de virus de génotype 1A isolés aux Pays-Bas, en Allemane et en Italie ont révélé 100% de similitudes.

Royaume-Uni : 51 personnes affectées par une épidémie de salmonellose

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Gestion de crise - Fraude, microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

Les autorités sanitaires britanniques enquêtent actuellement sur une épidémie de Salmonella typhimurium qui a d’ores et touché 51 personnes en Angleterre et au Pays de Galles depuis le mois dernier. Les infections pourraient être liées à du jambon cuit fourni à des boucheries de proximité. Pour le moment, les fournisseurs des produits suspects n’ont pas été identifiés. Selon le service de santé publique du Pays de Galles (PHW), la souche de S. typhimurium impliquée n’avait encore jamais été signalée au Royaume-Uni.

source : Vigial copyright Vigial

Les infections à Campylobacter et E. coli en hausse

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

Un nouveau rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) sur la surveillance de six maladies prioritaires d’origine alimentaire et hydrique dans l’Union européenne et l’Espace économique européen (UE/EEE) met en évidence la progression des infections à Campylobacter (+13%) et E. coli productrices de shigatoxines/vérotoxines (STEC/VTEC : +9%) entre 2006 et 2009. Sur la même période, l’incidence de la salmonellose, de la shigellose et de la yersiniose a en revanche diminué, de 33%, 13% et 16%, respectivement.

Lien vers le rapport (en anglais)

Source vigial copyright Vigial

La sécurité virologique des fruits rouges en question

08 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

Une recherche internationale sur la sécurité virologique des fruits rouges, dirigée par la faculté de médecine vétérinaire d’Helsinki, en Finlande, met en évidence des pratiques hygiéniques souvent défaillantes en amont de la chaîne de production. Les résultats de ces travaux pointent notamment des failles concernant l’eau utilisée pour irriguer les fruits, mais aussi concernant l’hygiène des mains des travailleurs agricoles.
Sur 785 échantillons analysés (eaux d’irrigation, mains des cueilleurs, toilettes des centres de production, tapis roulants dans les usines de transformation, fraises et framboises aux points de vente), prélevés tout au long de la chaîne de production en République tchèque, Finlande, Pologne et Serbie, seul un paquet de framboises surgelées a été testé positif au virus de l’hépatite E, et deux échantillons d’eau d’irrigation à un norovirus de génotype II. Aucune trace de virus de l’hépatite A n’a par ailleurs été décelée.
En revanche, la présence d’adénovirus a été observée dans 9,1% des eaux d’irrigation, 5,8% des prélèvements manuels et 9,1% des toilettes dans les exploitations de production. Au final, 0,7% des framboises fraîches, 3,2% des framboises surgelées et 2% des fraises fraîches sont porteuses de ce virus.
Ces résultats sont publiés dans la revue « International Journal of Food Microbiology ».

source vigial – copyright vigial

Restauration: plus de bactéries sur les glaçons que dans les toilettes

25 juin 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

Une étude publiée par le quotidien britannique Daily Mail a révélé que les glaçons servis dans 6 restaurants sur 10 au Royaume-Uni contiennent plus de bactéries que l’eau des toilettes. L’enquête a notamment été menée dans les enseignes McDonalds, KFC et Starbucks. Les sociétés impliquées ont fait savoir qu’elles allaient réviser leurs procédures de nettoyage et de formation du personnel.
Concrètement, des analyses ont montré que les glaçons servis chez McDonalds, Burger King, KFC, Starbucks, Café Rouge, Nando ou encore Pizza Hut sont plus contaminés que l’eau des toilettes du fait que celles-ci sont nettoyées plus fréquemment. Néanmoins, ces résultats ne représentent pas de danger immédiat pour la santé, bien que 4 échantillons analysés aient révélé des concentrations bactériennes suggérant un risque hygiénique.

source vigial copyright

Des faisceaux d’électrons pour la pasteurisation des huîtres

07 juin 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): microbiologie, Nouvelles technologies - process, SMSA - Sécurité Alimentaire

Des chercheurs de l’université du Texas A&M ont évalué l’efficacité des faisceaux d’électrons pour pasteuriser les huîtres crues, dans le cadre de la prévention des intoxications par des norovirus ou l’hépatite A. Ils ont calculé que les faisceaux d’électrons (5 kGy) peuvent réduire de 91% le risque de contamination par le virus de l’hépatite A et de 26% le risque de contracter un norovirus à partir d’huîtres porteuses d’une centaine d’agents pathogènes. Les résultats sont publiés dans la revue « Applied and Environmental Microbiology ».
La technique est d’ores et déjà autorisée par la FDA (agence américaine de sécurité des aliments) pour contrôler la croissance de Vibrio vulnificus dans les fruits de mer.

source Vigial Copyright Vigial

Révision des règles d’inspection européennes sur la viande de porc

07 juin 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): microbiologie

Le Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale de l’UE a approuvé de nouvelles règles destinées à moderniser les inspections sanitaires menées par les autorités nationales sur la viande de porc. Ces nouvelles règles reposent sur un avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) préconisant l’introduction d’une approche davantage basée sur les risques, des contrôles renforcés concernant les bactéries Salmonella et Trichinella, et la révision des procédures d’inspection post-mortem.

Source : Vigial – copyright Vigial

France : Ikea aurait vendu 6.000 portions de tartes contaminées en France

14 mars 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Gestion de crise - Fraude, microbiologie, SMSA - Sécurité Alimentaire

Selon la DGCCRF, deux lots de tartes au chocolat et aux éclats de caramel Ikea potentiellement contaminées par des bactéries coliformes (voir l’alerte Monde : rappel de tartes au chocolat – Origine Suède), soit plus de 6.000 portions, ont été commercialisés en France. Des analyses sont toujours en cours afin de déterminer s’il y a eu contamination ou pas.