Manger bio, c’est bon pour l’eau

09 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Développement Durable, SME - Environnement, SMSA - Sécurité Alimentaire

La France est le 1er pays utilisateur de pesticides en Europe et le 3ème dans le monde. Utilisés par les agriculteurs et les jardiniers, les pesticides sont à l’origine d’une pollution diffuse qui contamine toutes les eaux continentales : cours d’eau, eaux souterraines et zones littorales. Si aujourd’hui la consommation de produits bio est envisagée par les consommateurs comme un acte responsable vis à vis de leur propre santé et de la protection de l’environnement, la question de la préservation de la ressource en eau est un autre enjeu  qui nécessite d’être mis en avant.

Le film « Manger bio, c’est bon pour l’eau », financé par l’agence de l’eau vise à informer le grand public sur la préservation de la ressource en eau et la protection des captages d’eau vis-à-vis des pesticides.

Voir la vidéo

France : enquête de l’UFC-Que Choisir sur les pesticides dans les vins

09 octobre 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants

Une enquête publiée dans le dernier numéro du magazine de l’association UFC-Que Choisir met en évidence l’omniprésence des résidus de pesticides dans les vins. 92 bouteilles de vin provenant de toutes les régions de France (vin de table, crus milieu de gamme, issus de l’agriculture conventionnelle, raisonnée ou bio) ont été analysées.

France : 103 tonnes de saumon aux dioxines importées de Suède

25 juin 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Gestion de crise - Fraude

Un documentaire de la télévision publique suédoise SVT diffusé début mai a mis en cause l’importateur français Pêcheries Nordiques, qui a importé en France, en 2011 et 2012, 103 tonnes de saumon suédois pêché en mer Baltique, interdit à cause de niveaux de dioxines supérieurs aux limites autorisées.
La société implantée à Echinghen (Pas-de-Calais) a reconnu les faits, avançant que personne ne l’avait prévenu qu’il s’agissait d’une pêche illégale et qu’aucun problème n’avait été mis en évidence par des analyses.
Selon le documentaire de SVT, le saumon en question a été commercialisé en France par différentes enseignes comme Carrefour et Intermarché. D’autres produits ont également été importés au Danemark, en Allemagne et Grande-Bretagne, en moindre quantité.
La Suède a interdit en 2002 l’exportation des poissons pêchés dans la Baltique, l’Union européenne l’estimant dangereux pour la santé en raison de sa forte teneur en dioxines.

source vigial copyright vigial

Suisse : renforcement des contrôles sur les légumes asiatiques

25 juin 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants

Des tests effectués par le laboratoire cantonal de Zurich en 2012 ont révélé que plus d’un quart des légumes importés d’Asie contiennent des doses excessives de pesticides, voire des substances interdites.
En collaboration avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et l’Administration fédérale des douanes, des échantillons ont été prélevés directement aux frontières et envoyés pour analyse aux laboratoires cantonaux de Genève, Argovie, Berne et Zurich. Sur 230 légumes exotiques testés par le canton de Zurich l’an dernier, 63 ont été retirés du marché, soit 27%. Dans 7% des cas, les légumes étaient susceptibles de représenter un danger pour la santé.
Suite à la publication de ces résultats, les contrôles ont été renforcés aux aéroports de Genève et Zurich

Source vigial copyright vigial

Allemagne : recherche de pesticides dans les légumes surgelés

18 janvier 2013 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants

L’Institut alimentaire et vétérinaire d’Oldenburg (LVI) a analysé en 2012 37 échantillons de légumes surgelés dans le cadre d’un programme de recherche de résidus de pesticides : 21 petits pois, 4 brocolis, 4 choux-fleurs, 3 haricots verts, 3 poireaux, 1 chou de Bruxelles, 1 chou rouge aux pommes. 5 de ces échantillons étaient originaires de Belgique, 1 d’Allemagne et les autres d’origine inconnue. 5 échantillons (4 de petits pois et 1 de chou rouge) étaient issus de l’agriculture biologique.
14 des 37 échantillons analysés (soit 38%), dont les échantillons de légumes bio, n’ont révélé aucune trace de pesticides. Dans les autres produits, les concentrations détectées étaient inférieures aux limites maximales de résidus fixées par la réglementation.
Au total, 17 substances actives ont été trouvées dans le cadre de cette étude. Le carbendazim est la substance la plus fréquemment détectée, dans 8 échantillons. Autre résultat notable, 68% des échantillons n’ont révélé la présence que d’une seule substance active.

source vigial copyright Vigial

Moins de pesticides, lancement de la première campagne TV

30 octobre 2012 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Développement Durable, Environnement


Réduire l’usage des produits phytosanitaires est une préoccupation majeure de Stéphane LE FOLL qui lance une vaste campagne de communication multi supports auprès du grand public et du monde agricole pour accompagner le plan Ecophyto. Du 29 octobre 2012 au 6 janvier 2013 des spots TV illustrant les hommes et femmes engagés pour une agriculture conciliant les impératifs économiques et environnementaux montrera que le changement de pratiques respectant mieux les équilibres naturels est possible.
Trois ans après le lancement du plan Ecophyto, Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, a ouvert une nouvelle étape en annonçant, le 9 octobre dernier, la réorientation du plan Ecophyto autour de 5 objectifs [1]. L’un des enjeux est de favoriser une mobilisation et une responsabilisation accrue des acteurs de l’amont à l’aval, en identifiant des objectifs et des moyens par bassins de production et types de cultures. Cette nouvelle campagne vise ainsi à fédérer le plus grand nombre autour d’un objectif commun : maintenir un niveau de production élevé tout en étant plus respectueux de l’environnement.
Relever le défi de la réduction des pesticides en France nécessite avant tout d’identifier et de valoriser les initiatives vertueuses existantes. S’appuyant sur des témoignages d’agriculteurs de tous horizons qui s’engagent à produire autrement, cette campagne à la fois télévisuelle, web et print, doit permettre de faire connaître au plus grand nombre les bonnes pratiques pour réduire l’usage des pesticides, et d’inciter l’ensemble des professionnels de la filière agricole à franchir le pas et à s’engager à leur tour dans le plan Ecophyto.

Une campagne TV grand public sur France Télévisions

Entre le 29 octobre et le 6 janvier prochains, 9 spots TV (d’une durée d’une minute chacun) seront diffusés sur les chaînes du service public. Grandes cultures, arboriculture, maraîchage, viticulture, recherche, ou formation, chaque film s’attache à présenter les initiatives d’une agricultrice ou d’un agriculteur qui réduit peu à peu son recours aux produits phytosanitaires.
Programme de diffusion sur France Télévisions :
- France 2 : 10 diffusions, 1 fois par semaine , à 22h22 le jeudi

- France 3 : 20 diffusions, 2 à 3 fois par semaine, à 22h21 les vendredi et dimanche

- France 5 : 22 diffusions, 2 à 3 fois par semaine, à 22h45, les samedi et lundi

- France Ô : 10 diffusions, à 19h45.

Une campagne à destination des professionnels de la filière

Une plateforme sur le web : les agriculteurs parlent aux agriculteurs sur la toile
Prolongement de la campagne TV sur le web, le ministère de l’Agriculture met en place sur son site un espace ouvert à tous, qui permet de visionner des reportages vidéo auprès d’agriculteurs engagés dans le plan Ecophyto (7 films d’environ 2 minutes 30) et de favoriser ainsi le partage d’expériences et la diffusion de bonnes pratiques entre les professionnels du secteur.
Une campagne « print » dans la presse spécialisée agricole
Illustrant différentes filières agricoles de France métropolitaine et d’Outre-mer – viticulture, arboriculture, grandes cultures ou encore maraîchage – plusieurs visuels seront diffusés jusqu’à la mi-décembre prochain dans la presse spécialisée agricole :
  • dans la presse spécialisée métropolitaine : La France Agricole, 70 titres de la presse agricole départementale et 40 titres de presse agricole hebdomadaire, L’avenir agricole et Jeunes Agriculteurs Mag ;
  • dans la presse d’Outre-mer : Le Quotidien de la Réunion et France Antilles (Martinique, Guadeloupe, Guyane) ;
  • par des bannières web sur les sites internet de la presse spécialisée.

Consulter l’ensemble des vidéos dans la rubrique Ecophyto du site du ministère : http://agriculture.gouv.fr/ecophyto

À vos agendas :

Une journée de réflexions et d’échanges sur les nouveaux modèles de production se tiendra au Conseil économique, social et environnemental (CESE) le 18 décembre prochain.

Ecophyto : Portrait de Christine Klein

Ecophyto : Portrait de Christine Klein Christine Klein forme élèves et apprentis aux métiers de la vigne en Alsace. Au coeur de son enseignement : la réduction des pesticides et le respect des cultures.

Contacts presse
Service de presse de Stéphane LE FOLL – Tel : 01 49 55 59 74 ; Fax : 01 49 55 43 81 ; cab-presse.agripeche@agriculture.gouv.fr

Service de presse du ministère – Tel : 01 49 55 60 11 ; ministere.presse@agriculture.gouv.fr


Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’AgroAlimentaire et de la Forêt retire l’autorisation de mise sur le marché du CRUISER OSR

01 juillet 2012 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants, Environnement, Règlementation - Normes

Comme annoncé le 1er juin dernier, le titulaire de l’autorisation de mise sur le marché de la préparation CRUISER OSR disposait d’un délai de 15 jours pour faire part de ses observations sur l’intention du ministre de retirer cette AMM.

Les observations transmises le 15 juin par le détenteur de l’AMM ne sont pas de nature à remettre en cause les éléments ayant conduit à envisager son retrait. L’exposition des abeilles au travers des résidus de thiametoxam, substance active de ce produit, dans le nectar de colza, à la dose sublétale ayant des effets néfastes sur le retour à la ruche des abeilles butineuses, ne peut être exclue.

En conséquence, le ministre a décidé de retirer ce jour l’autorisation de mise sur le marché de la préparation CRUISER OSR.

En cohérence avec cette décision et compte-tenu de l’approche imminente de la commercialisation et de l’utilisation des semences de colza traitées par des produits contenant du thiametoxam sur le marché européen, le ministre engage par ailleurs la procédure européenne visant à interdire les semis de colza traité par enrobage au thiametoxam.

Contacts presse :

Service de presse de Stéphane LE FOLL – Tel : 01 49 55 59 74 ; Fax : 01 49 55 43 81

cab-presse.agripeche@agriculture.gouv.fr

Service de presse du ministère – Tel : 01 49 55 60 11

Déclaration du ministre au sujet de l’avis de l’ANSES / Cruiser le 1er juin 2012

01/06/2012

Intervention de Stéphane Le Foll le vendredi 1er juin 2012 suite à la remise de l’avis de l’ANSES relatif aux conclusions de l’étude publiée dans la revue « Science » concernant les effets sur le comportement des abeilles butineuses d’une administration de thiamétoxam à faible dose (sub-létale).

Les abeilles, maillon essentiel de la biodiversité

Les abeilles sont des acteurs de la biodiversité. Leur présence est non seulement indispensable à la production nationale de miel et d’autres produits de l’apiculture mais aussi à la pollinisation et donc à l’agriculture. Explications.

L’EFSA publie son rapport annuel sur les résidus de pesticides

29 novembre 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): contaminants

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié son troisième rapport annuel sur les résidus de pesticides, qui dresse une vue d’ensemble des résidus de pesticides présents dans l’alimentation de l’Union européenne au cours de l’année 2009. Ce rapport évalue également l’exposition des consommateurs européens à ces résidus par l’intermédiaire de leur régime alimentaire. D’après les conclusions de l’EFSA, les taux de conformité continuent d’augmenter avec 97,4% des échantillons analysés conformes aux limites maximales de résidus (LMR) autorisées, ce qui représente une augmentation d’environ 1% par rapport à 2008.
Dans le cadre du programme de surveillance des résidus coordonné par l’UE, 61,4% des échantillons d’aliments collectés dans les États membres se sont révélés exempts de résidus de pesticides mesurables. Par rapport à 2006, le taux de dépassement des LMR est passé de 4,4% à 1,4%. Les dépassements de LMR ont plus souvent été observés dans des échantillons provenant de pays situés en dehors de l’Espace économique européen (6,9% des échantillons) que dans ceux provenant des pays de l’UE et de l’AELE (1,5%). Les taux de dépassement les plus bas ont été relevés dans les produits d’origine animale (0,3%)

source vigial www.vgial.com

Espagne : les LMR de pesticides largement respectées

28 avril 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Règlementation - Normes, SMSA - Sécurité Alimentaire

Espagne : les LMR de pesticides largement respectées

Selon l’Agence espagnole de sécurité alimentaire et de nutrition (AESAN), seuls 1% des produits mis sur le marché dépassent les limites maximales de résidus (LMR) de pesticides autorisées par la réglementation européenne.
Les derniers chiffres disponibles montrent que l’AESAN a réalisé 1.568 prélèvements d’échantillons en 2009, sur 961 fruits et légumes, 304 produits d’origine animale et 303 produits à base de céréales et produits transformés. Seuls 23 échantillons (ananas, pomme, poire, banane, raisin de table, mandarine, pêche, courgette, chou-fleur, poivron, bettes et laitue) ont révélé des concentrations de pesticides dépassant la limite légale.

copyright www.vigial.com

Une organisation espagnole dénonce la présence de pesticide dans les produits importés

30 mars 2011 Auteur: vsoldat Catégorie(s): Additifs Alimentaires - Ingrédients, Gestion de crise - Fraude, SMSA - Sécurité Alimentaire

Le système européen d’alerte rapide pour l’alimentation humaine et animale (RASFF) a publié depuis début mars six alertes sanitaires concernant des fruits et légumes originaires de pays tiers. Le 2 mars, des traces de malathion (0,073 ppm) ont été découvertes dans des mandarines marocaines. Le 7 mars, de la procymidone a été mise en évidence dans des concombres (0,051 ppm) et des poivrons (0,071 ppm) originaires de Jordanie, puis du méthomyl les 9, 11 et 14 mars dans des poivrons turcs (0,054 à 0,25 ppm).